Fiqh comparé des quatre écoles de droit musulman : les pratiques cultuelles (‘Ibâdât) Corentin Pabiot

Durant les premiers temps de l’Islâm, les musulmans pouvaient suivre n’importe quel avis de leur choix, car ils étaient encore proches de la Révélation et avaient une connaissance de l’arabe, la langue du Coran et de la Sunna, innée. Mais, plus tard, l’exercice de l’interprétation indépendante (ijtihâd) fut tenu pour trop difficile par le commun des croyants, car la relation de ces derniers avec les Textes de l’Islam s’était affaiblie avec le temps, outre le fait que les disciplines fondamentales s’étaient multipliées. Les quatre Imâms, Abû Hanîfa, Mâlik, Ash-Shâfi‘î et Ahmad prirent donc les choses en main, et leur prestige devenant immense et unanime, on ne fut plus autorisé à adhérer à d’autres méthodes d’interprétation des Textes que les leurs. Ce qui fait que celles-ci devinrent les écoles jurisprudentielles de l’Islam.
Les juristes des quatre écoles sunnites se livrèrent alors à des controverses, chacun voulant prouver la fiabilité de l’avis de l’école à laquelle il adhère, en faisant appel aux principes et aux règles les plus solides pour venir à bout des avis et des arguments de leurs adversaires. Or, ces controverses faisaient ressortir les sources de ces docteurs, les raisons de leurs divergences et les occasions d’exercice de leur effort personnel d’interprétation.
Ce présent livre a pour objet de rechercher et d’expliquer les différences entre les quatre écoles de droit sunnites en faisant ressortir les preuves invoquées par chacun, les causes de leurs divergences et les questions essentielles sur lesquelles ils se sont opposés.

12,00 

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Fiqh comparé des quatre écoles de droit musulman : les pratiques cultuelles (‘Ibâdât) Corentin Pabiot”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *