La vingt-troisième parole Bediüzzaman Said Nursi Envar Nesriyat

étagère 13

3,00 

Description

L’homme a besoin de la plupart des espèces et il est en contact avec elles. Ses besoins sont dispersés partout et ses désirs sont répartis jusqu’a l’éternité. Comme il souhaite une fleur, il souhaite aussi le printemps extraordinaire. Comme il désire un jardin, il désire ardemment voir un ami qui lui manque, de même voir un ami le Beau Glorieux. Comme il a besoin d’ouvrir la porte de l’au-delà où habite un de ses bien-aimés pour lui rendre visite, il a aussi besoin de se réfugier dans la cour du Tout-Puissant Absolu qui fermera la porte de ce gigantesque bas monde et qui ouvrira celle de l’au-delà, le monde des merveilles, en supprimant le monde, il le reconstruira et le remplacera par l’au-delà pour que l’homme rende visite à quatre-vingt-dix pour cent de ses amis qui sont partis pour le monde intermédiaire et pour qu’il ne se trouve pas coupé de tous ces liens éternels.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La vingt-troisième parole Bediüzzaman Said Nursi Envar Nesriyat”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *